Collectif de journalistes et photographes
Rechercher :
Accueil / Articles / Société

Un an après le Sofitel, où en sont les affaires DSK ?

Publié le 19 mai 2012 par Gabriel Siméon | Société  
L’ex-dirigeant du FMI, qui a annoncé lundi porter plainte contre Nafissatou Diallo pour “fausses accusations”, est toujours poursuivi au civil aux Etats-Unis et mis en examen, à Lille, dans les affaires du Sofitel et du Carlton.


Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn était arrêté pour soupçon d’agression sexuelle sur une femme de chambre à l’hôtel Sofitel de New York. Depuis, d’autres affaires sont venues s’ajouter à la liste des démêlés judiciaires de l’ancien patron du FMI. Un an après le début de l’affaire du Sofitel, Les Inrocks font le point.

• L’affaire du Sofitel de New York

Dominique Strauss-Kahn est actuellement toujours poursuivi devant la justice américaine par Nafissatou Diallo, et ce depuis le 8 août 2011, date à laquelle elle a porté plainte au civil – une procédure où sont directement confrontées les deux parties, sans la présence du ministère public, et qui ne vise qu’à obtenir des dommages et intérêts. L’ancienne femme de chambre reproche à l’ex directeur général du FMI “l’agression violente et sadique” dont elle aurait été victime le 14 mai 2011 à l’hôtel Sofitel de New York. Elle exige le versement de dommages et intérêts en réparation de préjudices moraux et physiques.

La première audience a eu lieu le 28 mars dernier devant la Cour suprême du Bronx, à New York. Mais alors que les avocats de DSK réclamaient un classement sans suite de la plainte, avançant que celui-ci bénéficiait à l’époque d’une immunité diplomatique, le juge Douglas McKeon a rejeté cette demande le 1er mai, ouvrant la voie à un procès.

En réponse, Dominique Strauss-Kahn a déposé une plainte lundi 14 mai contre Nafissatou Diallo – un an jour pour jour après le début de l’affaire -, l’accusant de poursuites calomnieuses, d’abus de procédure, de volonté d’emprisonnement, de diffamation et de lui avoir volontairement infligé une souffrance émotionnelle (document à lire ici au format PDF). Il lui réclame un million de dollars pour avoir, selon lui, porté atteinte à sa réputation dans le monde et lui avoir fait perdre “d’autres opportunités professionnelles”. Il ajoute dans sa plainte qu’il était l’an dernier “considéré par certains comme le prochain président français”.

La suite ? Si les deux parties en présence n’arrivent à se mettre d’accord à l’amiable sur des dommages et intérêts (ce qui peut intervenir à tout moment), une “audience pré-procès” liée à la plainte de Nafissatou Diallo débutera, au cours de laquelle les deux parties livreront leurs témoignages et échangeront sur les éléments dont elles disposent.

La plainte au pénal contre DSK a, elle, été abandonnée le 23 août 2011. Le procureur avait annoncé un non-lieu sur la base du manque de crédibilité de l’ex femme de chambre, dont le discours était entaché d’incohérences apparues au cours de l’enquête. L’économiste n’a pas été blanchi pour autant, le procureur estimant qu’il y avait quand même eu une “relation sexuelle précipitée”.

• L’affaire du Carlton de Lille

L’ex directeur général du FMI est aussi concerné par une toute autre affaire, celle dite du “Carlton” de Lille, dans laquelle il est officiellement mis en examen pour “proxénétisme aggravé en bande organisée” et placé sous contrôle judiciaire, avec obligation de verser une caution de 100 000 euros. Il encourt jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle.

L’affaire remonte à début octobre 2011, lorsque le nom de Dominique Strauss-Kahn est cité dans l’affaire belge de proxénétisme de Dominique Alderweireld, dit “Dodo la Saumure”. DSK proteste et veut “être entendu le plus rapidement possible” par les juges. Placé en garde à vue à la gendarmerie de Lille le 21 février dernier, il est mis en examen le 26 mars, les juges en charge de l’affaire estimant que les “parties fines” à l’hôtel Carlton de Lille étaient spécialement organisées pour le socialiste.

L’enquête suit actuellement son cours, mais pourrait prendre une tournure plus grave encore. Les juges d’instruction pourraient qualifier les faits de “viol en réunion”, après la déposition d’une prostituée ayant participé à des soirées privées en compagnie de DSK à Washington, en décembre 2010. Une version récemment mis en doute par une autre prostituée présente ce soir-là, sur laquelle le tribunal de grande instance de Lille pourrait se prononcer dès la semaine prochaine, selon Maud Peraudeau, du département Politique judiciaire de la ville, au parquet de Lille.

Les juges d’instruction annonceront alors soit l’ouverture d’une enquête préliminaire sur le supposé viol en réunion, soit le refus d’explorer cette piste. “Si jamais le parquet décidait de poursuivre, cette nouvelle enquête viendrait alors s’ajouter à la première affaire”, à savoir la mise en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée, selon Maud Peraudeau. Dominique Strauss-Kahn, lui, conteste toujours les faits et a demandé l’annulation de ces poursuites, expliquant ne pas savoir que les femmes rencontrées étaient des prostituées.

• L’affaire Tristane Banon

Les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire Banon sont abandonnées depuis le 13 octobre 2011. Le procureur de Paris par interim, Dominique Planquelle, avait estimé ne pas avoir suffisamment d’éléments pour engager des poursuites pour tentative de viol de DSK sur Tristane Banon, et requalifié les faits en délit d’agression sexuelle, sur lesquels s’applique aujourd’hui la prescription de trois ans pour ce type de délit.

La journaliste et écrivaine avait porté plainte contre l’ex ministre début 2011, l’accusant d’avoir tenté de la violer lors d’une interview dans un appartement parisien en 2003. DSK avait riposté en déposant devant la justice une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Le 19 octobre, Tristane Banon a renoncé à déposer une nouvelle plainte. “Cette décision du parquet, bien qu’insatisfaisante, constitue une première victoire pour Mademoiselle Banon” avait alors déclaré son avocat, Me David Koubbi, dans un communiqué. Le parquet de Paris a en effet reconnu qu’il y avait tout de même eu agression sexuelle.

• L’affaire Piroska Nagy

Souvenez-vous : en octobre 2008, le FMI annonce enquêter sur la liaison entre le patron de l’institution et Piroska Nagy, une économiste hongroise travaillant au département Afrique. La jeune femme l’accuse de harcèlement et d’avoir abusé de sa position pour la séduire, le décrivant comme “peu apte à diriger une organisation internationale où travailleraient des femmes”. DSK sera finalement blanchi par l’institution.

Deux affaire à suivre, donc, impliquant Dominique Strauss-Kahn : la plainte au civil de Nafissatou Diallo, jugée à la Cour suprême du Bronx à New York, et la mis en examen par le parquet de Lille, qui devrait se prononcer dès la semaine prochaine sur la poursuite, ou non, de la procédure concernant l’accusation de viol en réunion.


Gabriel Siméon
Photo : Gonzalo Fuentes / Reuters

Article publié le 16 mai 2012 sur les Inrocks
comments powered by Disqus

L'auteur : Gabriel Siméon


Gabriel Siméon Mes articles

Formation : Diplômé de Sciences Po Aix-en-Provence et du master 2 "Journalisme politique à l'international"

Participation à : Libération, Science & Vie, 01net (mag), Metronews, Les Inrockuptibles, L'Express, L'Expansion, L'Humanité-Dimanche, La Gazette des communes, Neon, Grazia, Atlantico, L'Usine nouvelle, La Provence, Le Dauphiné libéré, L'Eco, Technikart, Vice, Gonzaï, The Ground, La Gazette Drouot, Industrie & technologies, Maxisciences, Frankreich erleben, TV7 Provence, France Bleu Vaucluse

Médias : Presse écrite & web

Bio : Environnement, sciences, numérique, nouvelles technologies