Collectif de journalistes et photographes
Rechercher :
Accueil / Articles / Société

Expatriation dans un pays religieux : quelles conséquences pour la famille ?

Publié le 24 février 2015 par Luc Allain | Société  Voyage  
A l’heure de la mobilité internationale, beaucoup de Français choisissent d’aller s’établir dans des pays faisant figure d’ eldorados professionnels, offrant d’attractives rémunérations et un cadre de vie idéal. Qatar, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Israël accueillent ainsi de nombreux expatriés et leurs familles. Mais avant de s’envoler, mieux vaut se renseigner. Car tous ces pays ont en commun l’existence d’un droit basé sur la religion, un facteur qui peut avoir de lourdes répercussions, notamment en matière de protection de la famille et du patrimoine.
Dubaï

Dubaï Sunset - The_dead_pixel - Flickr Creative Commons


"Ce type d’expatriation comporte des risques importants en matière de droit de la famille, et il est absolument nécessaire de s’informer avant de partir mais aussi sur place" met en garde Rahima Nato-Kalfane, avocate spécialisée en droit international de la famille. Son cabinet, BWG Associés, s’occupe régulièrement de cas concernant des expatriés installés aux Emirats Arabes Unis, un État fédéral où l’islam est religion d’Etat et où la charia reste la référence de base du droit.


Le mariage, une étape indispensable

Première considération à prendre en compte avant de décider d’une éventuelle expatriation : le statut marital. Car dans bon nombre de ces pays, un couple non marié est considéré comme illégal et dès lors, il devient très difficile de revendiquer une quelconque protection, notamment pour un enfant mineur, puisqu’il est alors considéré comme illégitime. S’expatrier sans se marier entraîne donc un certain nombre de risques pour la famille et ses membres.

"Très rapidement, une situation à priori banale peut virer au cauchemar : un enfant d’un couple non marié se casse la jambe, sa mère l’emmène à l’hôpital. On pourrait lui demander "êtes vous mariée ?ou alors "où est le père ?" avant même de prendre en charge l’enfantnous explique l’avocate. "Les gens ne pensent pas forcément à tous ces aspects là. On connaît bien le cas de l’adultère qui est un crime condamnable. Mais avant ce stade, il existe de nombreuses situations dans lesquelles la loi locale et le poids de la religion influencent considérablement les possibilités de protection de la famille" ajoute-t-elle. Par ailleurs, l’ouverture progressive des pays au mariage entre personnes de même sexe va mécaniquement augmenter le nombre de situations problématiques. L’avocate cite ainsi le cas d’un couple de femmes mariées au Canada et installées à Abu Dhabi pour qui se posait la question de la protection de leur fille (fille biologique de l’une des deux épouses), leur mariage n’étant pas reconnu sur place. 



Lire la suite sur lepetitjournal.com

comments powered by Disqus

L'auteur : Luc Allain


Luc Allain Mes articles

Formation : Sciences Po Aix-en-Provence + M2 Journalisme politique à l'international

Participation à : Public Sénat, Lepetitjournal.com, La Provence, The Ground, Tv7campus, Tv7 Provence, Le cercle des économistes


Médias : Web, presse écrite, photo

Bio : Diplômé de Sciences Po Aix, j'ai d'abord travaillé sur les élections législatives et présidentielle pour les 2,5 millions de français expatriés. J'ai ensuite arpenté les couloirs du Sénat pour Public Sénat avant de travailler comme responsable éditorial d'un webzine à destination des étrangers francophiles, le tout saupoudré de piges. Photographe à mes heures perdues.