Collectif de journalistes et photographes
Rechercher :
Accueil / Articles / Culture

Le Petit Nicolas : ressortez vos billes et vos culottes courtes

Publié le 06 juin 2011 par Camille Larbey | Culture  
Beaucoup d’entre nous ont eu, étant petits, une bande de chouettes copains prénommés Alceste (qui est très gros car il mange tout le temps), Geoffroy (dont le papa gagne des tas et des tas d’argent), Clotaire (toujours le dernier en classe), Eudes (qui est très fort), Agnan (cafard qu’on peut pas taper car il porte des lunettes) et bien sûr Nicolas. Laurent Tirard a adapté les aventures du Petit Nicolas (Der Keine Nick, auf deutsch) sur grand écran, permettant aux plus grands de retrouver une part de leur enfance et aux plus petits de découvrir un pilier de la littérature jeunesse.
France, 1959. Les lecteurs de Sud-Ouest Dimanche et de Pilote découvrent les aventures d’un petit personnage aussi facétieux que sympathique : Nicolas. Imaginé par René Goscinny et dessiné par Jean-Jacques Sempé, les aventures du Petit Nicolas racontent le quotidien d’un jeune garçon et de ses copains : Clotaire Geoffroy, Eudes, Agnan, Alceste, Joachim, Rufus et Maixent. Et puis il y a aussi les « Grands » : la maman et le papa de Nicolas, tonton Eugène, la maîtresse et surtout le surveillant surnommé M. Bouillon parce qu'il dit souvent aux élèves « Regardez-moi dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux. Les Aventures du Petit Nicolas, c’est comme les P’tits Lu, ça traverse les âges, les générations et on est toujours content de les retrouver. On ne peut nier que l’annonce de l’adaptation du Petit Nicolas a suscité une certaine appréhension. Cependant, Laurent Tirard est un habitué des comédies efficaces. Scénariste de « Prête moi ta main » (2006) il est aussi le réalisateur de « Mensonges, trahisons et plus si affinité... » (2004) ainsi que de « Molière » (2007). Pour adapter les aventures de l’écolier en culotte courte, le réalisateur s'est intéressé de près à la vie de René Goscinny, car le personnage du Petit Nicolas lui était très personnel. « Je savais que la clé de l'adaptation serait à la fois dans son oeuvre et dans sa vie, confie le cinéaste. J'ai donc essayé de comprendre le personnage de René Goscinny. C'était quelqu'un qui cherchait sa place dans la société, et il comptait la gagner à travers le rire. Il avait un goût certain pour le désordre et a réalisé que le rire pouvait être à la fois une défense dans une société où on ne se sent pas à sa place et le moyen de s'y insérer. Le petit garçon qui cherche sa place dans la société est donc devenu l'axe sur lequel construire toute l'histoire. ». Laurent Tirard s’est adjoint les services d’Alain Chabat, gage de qualité, dans l’écriture du scénario. Le résultat est un film-bonbon : c’est doux, tout mignon, ça fleure bon l’enfance et ça met de bonne humeur.

Dans l’adaptation de Laurent Tirard, Nicolas mène une existence paisible, il a des parents qui l'aiment, une bande de chouettes copains avec lesquels il s'amuse bien, et il n'a pas du tout envie que ça change. Petit Nicolas ne veut pas devenir grand. Mais un jour, Nicolas surprend une conversation entre ses parents qui lui laisse penser que sa mère est enceinte... Le film est servi par un casting réussi. Valérie Lemercier est hilarante en desperate housewife des années 50. Après « Faubourg 36 » planté dans les année 30, « Les Choristes », dans année 40, Kad Merad, dans le rôle du papa de Nicolas, continue ses pérégrinations dans le XXème siècle. Encore 5 films et il passera peut être le cap de l’an 2000. Le jeune Maxime Godart est plutôt bon dans le personnage de Nicolas. Malheureusement, il doit affronter un obstacle de taille: prêter ses traits à un personnage qui restera à tout jamais figé dans notre imagination par les dessins de Sempé. L’adaptation de Tirard reste fidèle au livre mais n’atteint pas la magie des livres. Rien n’égalera la plume légère de Goscinny accompagnée des malicieux dessins de Sempé. Le film aura le mérite de faire découvrir l’univers espiègle de Nicolas afin de mieux se ruer sur les livres. Le film s’adresse à toutes les générations : le comique de situation qui ravira les enfants côtoie quelques gags culottés qui amuseront les adultes. On ne peut qu’espérer que le film sera un tremplin donnant aux enfants l'envie de se plonger dans les récits du « Petit Nicolas ».

 Camille Larbey
Article publié dans La Gazette de Berlin, le 26/11/09
comments powered by Disqus

L'auteur : Camille Larbey


Camille Larbey Mes articles

Formation : Master d'Histoire, spécialisé dans le Cinéma allemand.

Participation à : Le Parisien, Metronews, Rue89, Technikart, L'Expansion, La Gazette Drouot, So Film, Le Nouvel Obs, Détours, The Drone, Gonzaï, StreetPress, Bien-dire, Vice, Social Media Club, Ithaac, Longueur d'Ondes, La Gazette de Berlin, Écoute, World Photo Report, Rockcover, Evous.fr, Smart.

Berlin, mise en scène. publié chez Espaces & Signes.


Médias : Presse écrite, WEB.

Bio : Cultures